L’Atelier de recherches en sciences sociales (ARESS) lance ce concours de #Pocket-films « amateurs » sur le thème « le Parcours d’un Petit Sac Poubelle (#PF2PSP) ». En participant au concours, vous allez aider les sociologues à mieux comprendre comment ça marche chez vous, comment on s’occupe de ses déchets. Vos témoignages dans ces films éviteront bien des raccourcis. Vous le savez peut-être, sur cette question de la propreté dans les quartiers, nous avons déjà eu des entretiens avec plus de 200 familles qui nous ont accueillis chez eux pour nous aider à comprendre, comprendre comment elles pensent et agissent avec leurs poubelles. Mais cela ne suffit pas, nous n’avons pas suffisamment échangé avec les jeunes ayant été reçus presque toujours par des mères et de pères de familles. Nous pensons justement que vous pourrez nous aider à comprendre avec beaucoup plus en finesse, par exemple, comment se fait-il qu’on jette des détritus par la fenêtre avec les vraies raisons sans avoir peur d’être mal jugés, pourquoi certains posent un sac poubelle dans les espaces communs (couloir, escalier, hall d’entrée) ou juste devant la borne enterrée, en bas de la benne, ou par ci ou là dans le quartier, pourquoi par exemple, certains ne veulent pas mettre les restes de pain dans le sac poubelle, est-ce pareil pour les autres restes alimentaires ? Vous savez peut-être pourquoi et comment on retrouve des couches culottes sales, des serviettes hygiéniques, des préservatifs, des bouteilles d’alcool vides, des tonnes de mégots de cigarettes, des paquets vides de biscuits, des canettes vides, de l’huile de friture jetée depuis la cuisine ou autre fenêtre, à l’extérieur de l’appartement… La liste n’est pas exhaustive, mais avec une bonne motivation et un peu de pédagogie vous pourriez nous aider à comprendre ce que seuls ceux qui vivent dans une famille de votre quartier peuvent expliquer et comprendre. Nous pensons qu’avec un film, vous allez pour l’occasion, avoir l’opportunité d’expliciter les comportements dans le respect de l’intimité de vos proches, le faire avec empathie, tendresse, humour, intelligence et humanité. 

Nous avouons notre ignorance sur cette question et attendons beaucoup de votre regard, de votre œil expert qu’il regarde pour critiquer ce qui vous choque ou ce que vous comprenez parfaitement, même si cela peut choquer de l’extérieur. C’est vous le sociologue, l’Abdellatif Kechiche (réalisateur des films : « L’Esquive » ou « La faute à voltaire »), de demain, faites comprendre pourquoi c’est aujourd’hui comme ça et à quelles conditions il peut en être autrement. Vous avez compris, nous n’attendons pas des fictions, mais des documentaires (ou des docu-fictions) au plus près du réel. Chaque film qui rend lisible un rapport aux « déchets ménagers », un comportement qui ne pouvait pas se comprendre, à des chances d’être sélectionné par le jury. Mais comme c’est la règle dans un concours, ce seront les plus convaincants, les plus touchants, les regards les plus beaux, les plus intelligents (complexes), les plus humains qui seront primés. 

Enfin, nous tenons à signaler que par éthique (professionnelle et personnelle), nous ne souhaitons pas promouvoir la dénonciation des voisins par les voisins, ni la ragots… 

A cette occasion, la cité sera notre université (la Cité Université) où nous venons apprendre des morceaux d’humanité et chaque participant.e, un sociologue profane qui cherchera à nous apprendre ce que nous ne pouvons pas savoir sans lui (elle). Nous vous remercions par avance de participer à ce programme qui est une première, à notre connaissance, dans le monde de la recherche sociologique. Certains programmes de recherche dans le champ médical font appel à des « patients experts », mais les « habitants-experts » on en parle, quelque fois, mais rarement leurs paroles ne dépassent le cercle du face-à-face avec l’équipe de sociologues. L’habitant-expert n’a presque jamais une parole publique. Parions, qu’en alliant nos regards respectifs, nous percerons une part de mystère à propos de ce l’on pense de l’espace public de l’intérieur du logement et de la circulation des déchets dans les espaces partagés. Le regarder depuis votre œil, rendrait raison aux valeurs qui peuvent quelques fois, être source d’incompréhension, d’inimité et de conflits… mais cela donne également à prendre en compte les comportements qui semblent illogiques/incohérents… 

En tant qu’habitant.e.s, experts de vos familles, l’idée sera de filmer avec un téléphone la vie d’un sac poubelle au fur et à mesure qu’il se remplit, jusqu’au moment où il est plein, fermé ou pas, puis ensuite de suivre son parcours (par quatre chemins) jusqu’à l’endroit où il est jeté (bac, colonne enterrée, par terre…). Que met-on dedans et qu’est-ce qu’il ne faut y mettre ? Pourquoi ?

Attention : 

– Ne doivent pas être montrés les visages des personnes ;

– Chacun des chemins doit faire l’objet d’un échange entre au moins deux à trois résidents d’un même logement, de différents sexes et âges.

Dans cette vie éphémère d’un sac poubelle, il y a toujours des paroles, des gestes auxquels on ne prête pas attention d’ordinaire, alors qu’ils expliquent pour beaucoup du pourquoi on pense avoir raison de faire comme on fait. Filmer ces moments d’échanges qui peuvent se faire dans n’importe quelle langue, celle de tous les jours dans la famille, c’est précieux pour partager des points de vue. La seule condition sera d’avoir une traduction en français (sous-titrage, traduction simultanée…) de ce qui se dit. 

Le chemin emprunté par le sac poubelle doit être visualisé par le film, puis mis en débat entre les protagonistes. Il peut ne servir que d’un prétexte pour dialoguer sur la manière dont on gère les poubelles, qu’on les trie, qu’on les sort…

La discussion au sein de la famille doit être franche/sincère (ni sur jouée ni fictive), dans des conditions proches d’un documentaire (comme d’habitude). 

Des ateliers de formation à l’utilisation du portable pour la réalisation d’un Pocket-Film seront animés (1 par ville) par deux étudiants en deuxième à la FEMIS, du 15 au 22 juillet. Ugo et Sabine assureront aussi, des permanences par mel (et exceptionnellement, par téléphone pendant toute la durée du concours. Ces horaires seront précisés sur ce site à l’ouverture des inscriptions.

Pour en savoir plus sur les conditions de participation, les prix qui récompenseront les meilleurs Pocket films, merci de vous référer au règlement du concours qui définit les règles applicables pour cet appel à créations.

Les inscriptions seront ouvertes à partir du 10 juillet sur le site : www.aress.org rubrique « inscription au concours #PF2PSP »